Voyager en solo à l’étranger pour se redécouvrir

Voyager en solo à l’étranger pour se redécouvrir

Voyager en solo à l’étranger pour se redécouvrir

Est-il superflu de parler que voyager en solo fait partie de la culture anglo-saxonne ? C’est donc une tradition, après le lycée ou durant les pauses universitaires, d’oublier momentanément les choses classiques et voyager en solo pour se libérer corps et âme ?  

Quels avantages perçus à travers la solitude ?

L’on dit que la solitude est structurante. La solitude permet à l’individu de constater ses limites et par conséquent de prendre les mesures nécessaires  pour subsister. Cette expérience  permet de reconnaître les projets réalisables et d’écarter les projets qui ne sont que dans l’imaginaire.  La solitude permet de se lancer les défis et de faire mieux que d’habitude. L’individu peut être plus responsable envers soi-même et envers ses actions. Il peut sortir un bilan de ce qu’il a fait et peut évaluer ce qu’il va faire dans le futur. Il peut prendre des décisions qui lui seront avantageuses  dans vie. Des décisions qui auraient pu lui échapper sur place, dans un milieu bruyant et en désordre parmi les siens et les collègues, par exemple.

Voyager en solo permet d’ouvrir toutes les facultés dormantes en temps normal. Pour cette raison, il est relativement convaincant d’entendre que voyager en solo, surtout à l’étranger, permet de se distinguer.

Les effets de voyager en solo

Il paraît étrange que voyager en solo est plus structurante qu’évoluer en groupe, mais les expériences vécues ont visiblement témoigné les effets positifs. L’individu devient plus mature et prêt à affronter les contraintes que ce soit au niveau professionnel, au niveau universitaire et même au niveau de la famille. La personnalité est mise en exergue. En tout cas, les hommes et les femmes ont leur propre vision du « voyager en solo », soit pour se libérer des contraintes quotidiennes, soit pour faire des aventures, soit pour se découvrir au sens propre du terme.